Anxiety Depression

Une étude de cas (partie 2): Le traitement des troubles concomitants, une approche intégrative.

racing_thoughts_ANXIETY
Ivan Rubio
Written by Ivan Rubio

Alors que le renforcement joue un rôle dans le développement et la maintenance d’une épisode dépressif majeur (EDM), ce n’est pas nécessairement clair et évident comme dans le cas du développement de troubles d’anxiété. Ce ne serait pas aussi clair que le fait de conduire sur l’autoroute et avoir peur et potentiellement développer un trouble de panique. Plusieurs facteurs jouent un rôle dans le développement des TD. Par exemple, l’exposition répétée à des évènements stressants de la vie quotidienne ou des conséquences aversives auxquelles on est incapable de faire face, peut conduire certains individus à remettre en question leurs capacités et leur estime de soi, les laissant avec un sentiment d’impuissance et de désespoir ce qui peut éventuellement déclencher un épisode dépressif majeur. Les monologues intérieurs et déficits comportementaux (manque d’auto-récompense, incapacité à récompenser les autres) et l’excès (plaintes, voix auto_critique) vont alors perpétuer l’épisode dépressif (Bourne, 2005; Leahy & Holland, 2000).

thRXK5H6CB

Alors que le développement de l’anxiété et des troubles de l’humeur peut différer quelque peu, à partir d’un point de vue comportemental cognitif, l’hypothèse est que nous avons renforcé le dialogue intérieur spécifique, les hypothèses sous-jacentes et les croyances de base (sur nous-mêmes, sur les autres, sur le monde et l’avenir), ainsi que des schémas émotionnels et comportementaux qui, lorsque combinés, reproduisent l’anxiété et troubles d’humeur (Beck, 1976; Bourne, 2005; Burns, 1999; Leahy & Holland, 2000).

D’un cadre-travail cognitivo-comportemental, le traitement de l’anxiété ou des troubles d’humeur consistera à contester les processus cognitifs et comportementaux dysfonctionnels et à renforcer les processus plus sains adaptatifs (Beck, 1976; Bourne, 2005; Burns, 1999; Leahy & Hollande, 2000). Cependant, du point de vue neuro-scientifique, on soupçonne qu’un déséquilibre chimique de neurotransmetteurs sérotoninergiques et noradrénergiques joue un rôle important dans les deux troubles dépressifs anxieux. La recherche suggère que l’utilisation de médicaments tels que les les inhibiteurs de la recapture de la sérotonine devrait re-stabiliser ces déséquilibres et réduire la symptomatologie. Ainsi, alors que, selon la loi règlementant certaines drogues et autres substances (1999), seuls médecins, dentistes et vétérinaires sont autorisés à prescrire des substances contrôlées, la recommandation de médicaments est encore considérée comme faisant partie pour traiter l’anxiété et les troubles d’humeur (Burns, 1999; Sadock & Sadock, 2007).

           Book Now           

About the author

Ivan Rubio

Ivan Rubio

My mission is to encourage individuals with the right dosage of support, in order to help them overcome their own difficulties. Using, primarily, a Cognitive Behavioral approach, I empower individuals by challenging their fundamental core beliefs, ultimately building positive self-concepts and self-esteem.

Powered by themekiller.com anime4online.com animextoon.com